Quels sont les atouts des aliments verts ?

Découvrez les 3 légumes verts les plus riches en Oméga-3 ?

Les légumes verts ne sont pas les plus populaires, surtout parmi les enfants. Pour vous donner envie de les intégrer au menu, on vous propose de découvrir leurs atouts santé !

photo

 

Richard Béliveau, chercheur cana-dienen cancérologie et auteur du livre Les aliments contre le cancer, souligne que « les légumes verts favorisent le maintien de notre capital santé».

Pourquoi ? Les légumes verts sont une excellente source d’acide foli-que, appelé aussi vitamine B9. Cette substance est essentielle pour notre cerveau. D’ailleurs, pendant la grossesse elle « joue un rôle important dans le bon développement du système nerveux de l’embryon et intervient notamment dans la fermeture du tube neural » selon les nutritionnistes du programme national MangerBouger.

Saviez-vous que certains légumes verts sont riches en acides gras Oméga-3 et donc bons pour notre système cardiovasculaire ?

 

Ci-dessous notre « top 3 » des aliments verts les plus riches en Oméga-3 :

  • 1) La mâche
  • 2) Les épinards
  • 3) Le cresson

Pour manger équilibré, il suffit d’avoir la main verte… en cuisine !

Source : R. Béliveau. Les aliments contre le cancer / MangerBouger

L’ananas – Superaliments – pour vous aider à digérer les lendemains de fête

Ce fruit tropical est disponible toute l’année dans les supermarchés.

Mais c’est pendant l’hiver qu’il est plus gouteux car cela correspond à la pé-riodeestivale dans les pays pro-ducteurs. Comme beaucoup de fruits exotiques, l’ananas supporte mal les températures inférieures à 8°C. Alors, éviananastez de le placer au réfrigérateur.

L’ananas est un des rares fruits riche en manganèse, un oligo-élément qui aide à maintenir en bonne santé notre système immunitaire. Malgré son goût très sucré, l’ananas est peu calo-rique. Son apport est d’environ 50 Cal pour une portion de 100g.

A consommer pendant les fêtes, surtout après les repas lourds ! Pourquoi ? Parce que l’ananas facilite la digestion grâce à sa forte teneur en broméline, un enzyme qui possède des effets anti-inflammatoires et qui agit au niveau du système digestif pour mieux absorber les nutriments.

Le sport booste le cerveau des enfants

 

Pratiquer une activité physique après l’école accélère le développement des capacités intellectuelles chez l’enfant

filleL’étude américaine FITKids a démontré que la pratique d’une activité sportive régulière contribue à améliorer les résultats scolaires des enfants de 7 à 9 ans.

Les chercheurs ont suivi 220 enfants pendant 9 mois. La moitié d’entre eux devait pratiquer au moins 1h d’activité physique par jour pendant que les autres n’avaient aucune contrainte particulière.

Les enfants du groupe d’exercice sont devenus plus attentifs. Ils pouvaient plus facilement passer d’une leçon de lecture à un exercice de mathématiques, sans perdre leur concentration.

Les enfants, en plein développement physique et mental, ont besoin également d’une alimentation sans carence. Protéines, vitamines et Oméga-3 doivent être présents dans le menu de tous les jours.

Le sport et les Oméga-3 sont bons pour les résultats scolaires !

5 bienfaits de l’allaitement maternel

Le lait maternel contient des acides gras Oméga-3 et des anticorps !

Découvrez pourquoi le lait maternel est considéré comme l’un des moyens les plus efficaces de préserver la santé de votre enfant :

Sans titre1) L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande vivement « l’allaite-mentau sein exclusif pendant les 6 premiers mois suivant la naissance».

2) Une fois adultes, les bébés qui ont été allaités ont souvent une tension artérielle et un taux de cholestérol plus bas et souffrent plus rarement de surpoids, d’obésité ou de diabète de type 2.

3) Le lait maternel apporte tous les nutriments nécessaires au développement du bébé et contient des anticorps qui le protègent de maladies comme la diarrhée et la pneumonie.

4) Chez la mère, l’allaitement diminue le risque de cancer du sein et de l’ovaire.

5) Allaiter aide aux femmes à retrouver plus vite leur poids d’avant la grossesse et permet de lutter contre l’obésité.

Source : OMS, Inserm.

Grossesse : les aliments dont il faut s’abstenir

Pendant cette période, vous devez revoir certaines habitudes alimentaires, dans l’optique d’assurer une bonne santé à votre bébé.

femme enceinte alimentation Oméga-3Une augmentation progressive et normale de votre poids est le reflet d’une alimentation adéquate.

Pourquoi ? Car dès le 1er trimestre, votre corps met en réserve des nutriments (protéines, calcium, acides gras Oméga-3) qui lui permettront de faire face à la croissance rapide de votre enfant. De plus, votre appétit va augmenter et les nutriments seront utilisés plus efficacement par votre organisme.

Cependant il faut prendre certaines précautions afin de réduire les risques d’infection de listériose et de toxoplasmose.

La bactérie listeria, très répandue dans l’environnement, peut se retrouver dans les aliments d’origine végétale ou animale, même s’ils ont été réfrigérés. La toxoplasmose est due à un microbe présent dans la terre, et donc sur les végétaux ou dans la viande. On peut être contaminé si l’on consomme des aliments mal lavés ou peu cuits.

Les aliments à éviter pendant les 9 mois sont :

  • les fromages à pâte molle à croûte fleurie (camembert, brie, brique de chèvre) et à croûte lavée (munster, pont-l’évêque).
  • les fromages au lait cru (beaufort, morbier, comté) et les fromages râpés industriels.
  • certains produits de charcuterie, notamment rillettes, pâtés et foie gras.
  • la viande crue, peu cuite, marinée ou fumée.
  • les coquillages crus, le poisson cru (sushi, surimi, tarama), les poissons fumés (saumon, truite).

N’oubliez pas de laver très soigneusement les légumes, fruits et herbes aromatiques, afin d’enlever tout résidu de terre.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : Le guide nutrition pendant et après la grossesse – PNNS

Poisson cru : quand l’éviter ?

Les 3 règles d’or pour les femmes enceintes et enfants de moins de 3 ans

Femmes enceintes, enfants de moins de 3 ans, seniors et personnes souffrant d’une maladie chronique doivent suivre ces 3 recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) :

  1. Eviter la consommation de poissons crus ou insuffisamment cuits et de poissons fumés.
  2. Eviter la consommation de coquillages crus ou peu cuits.
  3. Eviter la consommation de crustacés décortiqués vendus cuits (il est préférable de les faire cuire soi-même).

Quels sont les dangers ? 

Le poisson cru est un aliment fragile ! L’Anses nous explique pourquoi : « Le poisson et les produits de la pêche (fruits de mer et coquillages) possèdent des qualités nutritionnelles précieuses. Cependant, ils sont susceptibles d’être contaminés par des substances chimiques (PCB, methylmercure) et par des micro-organismes (bactéries et certains parasites) ».

Femmes enceintes et allaitantes : impossible de se passer des Oméga-3 bénéfiques pour le cœur, la vision et le cerveau ! Oubliez les sushis comme source d’Oméga-3, privilégiez les poissons cuits et l’huile de poisson.

Enceinte ? Pensez aux Oméga-3 !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ! 

Source : Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire)

Enceinte ? Pensez aux Oméga-3 !

Pour le bon développement visuel et neurologique de votre bébé

« Marie-Claude, enceinte de 13 semaines, prend un supplément prénatal depuis le début de sa grossesse. Comme elle ne mange pas souvent de poisson, elle se demande si des suppléments d’Oméga-3 seraient indiqués », c’est le cas clinique qu’une équipe de chercheurs canadiens a dû analyser.

Les éléments pris en compte pour l’étude de ce cas clinique étaient les suivants :

  1. Le développement du fœtus : les Oméga-3 sont essentiels car ils sont incorporés aux membranes cellulaires du cerveau et de la rétine.
  2. La modulation de l’inflammation et de la fonction endothéliale par les Oméga-3 peut jouer un rôle dans la prévention de la pré-éclampsie (tension artérielle fortement élevée qui risque de mettre en danger la santé du bébé et de la mère).
  3. La prématurité : une étude menée auprès de 8 700 femmes a démontré que le risque de prématurité diminue avec et la consommation de poissons et de fruits de mer pendant la grossesse. Les bénéfices les plus importants ont été observés chez les femmes qui mangeaient 15 g de poisson par jour.
  4. De la mère au fœtus : les Oméga-3, notamment le DHA, passent de la mère au fœtus par le placenta. Ce transfert peut se faire en détriment des réserves maternelles si l’apport en Oméga-3 par l’alimentation est insuffisant.

La conclusion semble évidente… future maman : vous êtes garante de la bonne santé de votre bébé !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : B Martin et. al. Les Oméga-3 en périnatalogie. Québec Pharmacie. 2007.

Les Oméga-3 bénéfiques pour le développement de la vision chez le foetus et le nourrisson

Une étude réalisée sur 83 nouveaux-nés, allaités par leur mère, a permis de mettre en évidence les bienfaits d’un apport en acides gras Oméga-3 dans le développement de la vision chez les jeunes enfants.

L’acuité visuelle a été évaluée en observant la présence d’une réponse de fixation fiable et constante, évaluée à partir du regard du bébé à des distances variables.

Les chercheurs ont montré l’importance des acides gras Oméga-3 dans le lait maternel : ils permettent de développer l’acuité visuels des nourrissons.

L’EFSA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments), dans un rapport de 2011, est arrivée à la même conclusion : la consommation d’Oméga-3 DHA par la mère contribue au développement normal des yeux du foetus et de l’enfant allaité.

Enceinte ou Jeune maman allaitante, pensez aux Oméga-3 !

Source : The Journal of Paediatrics 139(4), Innis SM, Gilley J, Werker J. Are human milk long-chain polyunsaturated fatty acids related to visual and neural development in breast-fed terms infants? 2001: 532-538, avec l’autorisation d’Elsevier.

Les Oméga-3 : indispensables et essentiels !

Tout le monde a besoin d’Oméga-3 : du fœtus à la personne âgée sans oublier les femmes enceintes. Ils sont essentiels pour le bon fonctionnement de l’organisme.
Les Oméga-3 appartiennent à la catégorie des lipides; c’est « le bon gras » des aliments, celui dont le corps a absolument besoin. Les Oméga-3 sont présents dans la matière grasse de certains aliments (poissons gras, noix, mâche, …).

Il existe trois types d’Oméga-3 : ALA, d’origine végétale et l’EPA et la DHA, d’origine marine.

Les effets bénéfiques des Oméga-3 sont mis en avant dans différents travaux de recherches et d’études. Ils agissent sur :
- le cœur : régulation du rythme cardiaque et de la pression sanguine.
- le cerveau : maintien de son bon fonctionnement et réduit les maladies vasculaires cérébrales comme les AVC.
- les yeux : maintien le bon fonctionnement de la rétine.
- la peau : meilleure hydratation et élasticité.
- le cholestérol : régulation du bon et du mauvais gras.
- le bien être-émotionnel : réduction du stress et de la fatigue.

Le saviez-vous : l’huile d’olive ne contient pas d’Oméga-3 d’où l’importance de varier sa consommation d’huile alimentaire : huile de lin, huile de colza, huile de graines de chanvres ou encore supplémentation alimentaire pour être sûr d’avoir l’apport journalier recommandé.

Source : www.quintesens-bio.com

Les atouts des Oméga-3 pour les femmes enceintes !

Il existe de nombreux bénéfices pour les futures mamans de consommer des Oméga-3.

Voici les principaux bénéfices :

- Réduction de la formation de caillots sanguins qui permettent de diminuer les syndromes de SAPL (maladie auto-immune liée à l’existence d’anticorps auto-immuns anti-phospolipides) et de ce fait les risques de fausses couches.
- Développement du cerveau du foetus
- Développement de la vue du foetus
- Baisse de la dépression post-partum; cette dernière touche 70% de femmes après leur accouchement.
- Prévention des risques de cancer du sein.

Une supplémentation (bien dosée) en Oméga-3 est donc essentielle et primordiale à la femme enceinte ainsi qu’à son bébé.

Consommez sans modération des aliments riches en Oméga-3 ou optez pour une supplémentation d’huile de poisson plus simple et mois dangereuse (sans toxine).

Source : www.edukeo.net