Quels sont les atouts des aliments verts ?

Découvrez les 3 légumes verts les plus riches en Oméga-3 ?

Les légumes verts ne sont pas les plus populaires, surtout parmi les enfants. Pour vous donner envie de les intégrer au menu, on vous propose de découvrir leurs atouts santé !

photo

 

Richard Béliveau, chercheur cana-dienen cancérologie et auteur du livre Les aliments contre le cancer, souligne que « les légumes verts favorisent le maintien de notre capital santé».

Pourquoi ? Les légumes verts sont une excellente source d’acide foli-que, appelé aussi vitamine B9. Cette substance est essentielle pour notre cerveau. D’ailleurs, pendant la grossesse elle « joue un rôle important dans le bon développement du système nerveux de l’embryon et intervient notamment dans la fermeture du tube neural » selon les nutritionnistes du programme national MangerBouger.

Saviez-vous que certains légumes verts sont riches en acides gras Oméga-3 et donc bons pour notre système cardiovasculaire ?

 

Ci-dessous notre « top 3 » des aliments verts les plus riches en Oméga-3 :

  • 1) La mâche
  • 2) Les épinards
  • 3) Le cresson

Pour manger équilibré, il suffit d’avoir la main verte… en cuisine !

Source : R. Béliveau. Les aliments contre le cancer / MangerBouger

Arrêter de fumer grâce à la cigarette électronique ?

L’e-cigarette n’améliore pas les résultats du sevrage tabagique selon une étude américaine

Que contient la fumée de cigarette ? Ce mélange de gaz et de particules contient des substances toxiques, dont au moins 60 sont cancérigènes (comme le goudron, l’arsenic, le méthanol, l’ammoniac ou encore le plomb).

La promesse de la cigarette électronique : fumer sans danger pour notre santé. En effet, l’e-cigarette se révèle moins nocive que la version traditionnelle. Cependant elle contient aussi des substances potentiellement cancérogènes.

Et qu’en est-il du sevrage tabagique ? Une étude menée aux Etats-Unis et publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) indique que l’e-cigarette ne permet pas aux fumeurs d’arrêter définitivement. 949 fumeurs ont été suivis pendant 1 an, dont 88 vapoteurs.

Au terme de l’étude, seulement 13% ont cessé de fumer et les utilisateurs de la cigarette électronique ne sont pas plus nombreux à renoncer au tabac que les fumeurs classiques. Les chercheurs évoquent toutefois la limite constituée par le faible nombre de vapoteurs suivis dans le cadre de cette étude.

Alors, comment arrêter de fumer en restant zen ? Pensez aux Oméga-3 EPA pour réduire les angoisses et la prise de poids liées au sevrage.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : JAMA Internal Medicine

Octobre rose

Depuis 20 ans, octobre c’est le mois de sensibilisation et de lutte contre le cancer du sein

Aujourd’hui, 1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein. Avec environ 49 000 nouveaux cas par an en France, le cancer du sein se positionne au 1er rang des décès par cancer chez la femme.

D’où l’importance du dépistage précoce qui « permet de sauver des milliers de vies » selon l’association  « Le cancer du sein, parlons-en ! ».

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un cancer du sein détecté à un stade précoce peut être guéri dans 9 cas sur 10 !

À partir de quand ? « Le dépistage du cancer du sein gratuit car remboursé par la sécurité sociale, permet à toutes les femmes de 50 à 74 ans, de réaliser une mammographie tous les 2 ans. » nous informe La ligue contre le cancer.

Dépistage et alimentation : savez-vous que les Oméga-3 diminuent de 14% le risque de cancer du sein ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Sources : La ligue contre le cancer et l’Association le cancer du sein, parlons-en !

Rendez-vous : 15 septembre, Journée Mondiale du Lymphome

Malgré son incidence élevée en France, le lymphome est un cancer méconnu

Du 9 au 20 septembre le LymphoTour : « un jeu pédagogique en grandeur nature pour découvrir le lymphome, ses symptômes et le parcours du patient » se déroule dans 8 villes françaises (Caen, Paris, Reims, Strasbourg, Lyon, Clermont-Ferrand,  Montpellier et Limoges)

Au 3ème rang des cancers les plus communs chez l’enfant, le lymphome est une maladie  méconnue…

Le système lymphatique (élément principal de notre immunité) comprend la moelle osseuse, les ganglions et les vaisseaux lymphatiques. Il assure notre défense contre microbes, parasites et corps étrangers.

Un lymphome se développe quand les globules blancs (lymphocytes) se multiplient de façon incontrôlée et forment des tumeurs.

La prévention nutritionnelle, c’est quoi ? Certains nutriments, comme les Oméga-3, ont des effets anti-prolifération et anti-dissémination. C’est pourquoi, le Dr. de Lorgeril soutient que « une consommation adéquate d’Oméga-3 contribue à diminuer le risque de cancer alors qu’une forte consommation d’Oméga-6 augmente le risque ».

Oméga-3 : la prévention par l’alimentation !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : Association de malades du lymphome / Michel de Lorgeril et Patricia Salen. Le pouvoir des Oméga-3. Editions Alpen.

Les Oméga-3 diminuent de 14% le risque de cancer du sein

Le cancer du sein est le plus répandu chez la femme…

Des progrès indéniables : il y a 25 ans, seulement 1 femme sur 2 guérissait du cancer du sein, aujourd’hui, 4 sur 5 sont en rémission !

L’avis des chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) : « La mortalité liée à ce cancer diminue depuis l’an 2000, grâce à l’amélioration des traitements et au dépistage plus précoce. Les femmes atteintes de ce cancer ont aujourd’hui une grande probabilité de guérir. ».

Oméga-3 et cancer du sein : quel est le lien ? Une nouvelle étude combine les résultats de 21 essais et conclue que consommer des Oméga-3 provenant de poissons gras (comme la sardine, les anchois ou le thon) permettrait de réduire de 14% le risque de cancer du sein. De plus, les chercheurs mettent en évidence que les femmes asiatiques possèdent le risque le plus bas de cancer du sein, probablement à cause d’une alimentation riche en poissons.

N’oubliez pas que le dépistage et l’alimentation sont la base de la prévention du cancer !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : Inserm ;  Ju-Sheng Zheng et. al. Intake of fish and marine n-3 polyunsaturated fatty acids and risk of breast cancer: meta-analysis of data from 21 independent prospective cohort studies. BMJ. 2013.

Le cancer de la peau passé à la loupe !

Prévention : les Oméga-3 stimulent les défenses naturelles de notre peau

Le saviez-vous ? 1 cancer sur 3 est un cancer de la peau !

On connaît bien les facteurs de risque : soleil, cabines de bronzage, prédisposition familiale, type de peau (phototype)… Mais les principaux coupables de cette maladie sont les rayons ultraviolets (UV) !

Pourquoi ? Parce que l’exposition aux rayons UV altère les cellules de l’épiderme. Les rayons UV génèrent des dommages au niveau de notre ADN et suppriment la réaction normale de notre système immunitaire, qui devient donc incapable de détruire les cellules cancéreuses.

Les chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) nous expliquent ce processus : « Notre capacité naturelle de réparation cellulaire n’est pas inépuisable : en cas d’expositions brutales et répétées, la peau ne parvient plus à se défendre contre les dégâts causés. Des altérations dans l’ADN peuvent se produire et entraîner la transformation cancéreuse des cellules. »

Prévention : le dépistage chez le dermatologue et l’application de crème solaire sont indispensables ! De plus, la prise d’une dose quotidienne d’huile de poisson (riche en Oméga-3 DHA et EPA) stimule l’immunité de la peau.

Évitez l’exposition aux UV et privilégiez les aliments source d’Oméga-3 ! 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : Inserm

1 000 nouveaux cas de cancer par jour en France

Le cancer, sujet de crainte pour 38% des Français.

Pouvez-vous citer 3 mots associés au cancer ? Une récente enquête réalisée par Harris Interactive a posé cette question aux Français. Le sondage nous révèle que les mots les plus souvent associés au terme « cancer » sont « maladie », « mort » et « chimiothérapie ». Mais tout n’est pas noir ! Moins présents que les termes négatifs, les mots « espoir », « recherche » et « guérison » sont également évoqués.

Le cancer préoccupe beaucoup les Français. La crainte d’être touché par le cancer concerne plus d’1/3 des Français !

Hommes et femmes font face au cancer :

  • le cancer du sein, tumeur maligne de la glande mammaire, demeure le 1er cancer chez la femme. La mortalité liée à ce cancer diminue grâce à des traitements adaptés et au dépistage précoce. À quel âge commencer le dépistage ? À partir de 45-50 ans.
  • Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme. En forme de châtaigne, la prostate ne pèse pas plus de 20 g et joue un rôle important dans la reproduction. L’âge est le principal facteur de risque, surtout à partir de 55 ans. Les hommes atteints de ce cancer ont une grande probabilité de guérir : les formes peu agressives du cancer sont guéries dans 80 % des cas.

L’alimentation pour faire face au cancer : certains acides gras comme les Oméga-3 font partis des membranes de nos cellules et par leurs propriétés à la fois anti-prolifération et anti-dissémination, ils contribuent à diminuer le risque de cancer.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : Harris Interactive. Le regard des Français et des Marocains sur le cancer. 2013. 

L’astuce santé de la semaine

Poisson : quel mode de cuisson ? Au four, grillé, à la vapeur ou au barbecue mais surtout évitez le poisson en friture !

Manger des frites, des beignets, du poisson ou du poulet frit plus d’une fois par semaine augmente d’un tiers le risque de cancer de la prostate.

Une récente étude publiée dans le journal The Prostate analyse les habitudes alimentaires de 3 041 hommes âgés de 35 à 74 ans.

Les chercheurs ont constaté que ceux qui  mangent des fritures au moins une fois par semaine ont un risque accru de 30 à 37% de développer un cancer de la prostate.

Pourquoi ? Lors de la friture, les aliments sont complètement immergés dans l’huile à haute température (entre 160 et 190 °C). Cela altère non seulement l’aliment (perte de sa teneur en Oméga-3), mais favorise aussi la formation de composés cancérigènes et augmente d’au moins 3 fois son contenu calorique. Cependant la friture est largement répandue car elle est très rapide et peu coûteuse…

Le saviez-vous ? La prostate, qui ne pèse pas plus de 20 g, est à l’origine du cancer le plus fréquent chez l’homme.

On aime : composez votre menu santé avec cette liste des aliments anticancer de la prostate.

Pour faire le plein d’Oméga-3 et ne pas prendre aucun risque abstenez-vous du poisson pané !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Source : M Stott-Miller et. al. Consumption of deep-fried foods and risk of prostate cancer. The Prostate. 2013.

Les Oméga-3 diminuent le risque de cancer !

L’environnement, l’alimentation et le mode de vie jouent un rôle fondamental dans le développement du cancer. Les gènes ne prévoient pas l’avenir !

Les Français sont bien informés sur les risques de cancer, pourtant 70% d’entre eux ne font rien pour l’éviter.

Pourquoi ? Le sondage « Les Français face au cancer » met en évidence un esprit fataliste vis-à-vis du facteur héréditaire de la maladie. De plus, 86% des Français connaissent dans leur entourage proche, au moins une personne atteinte de cancer.

Mais quelle est la réelle importance de l’hérédité dans l’apparition des cancers ? Seuls 5-10 % sont dûs à une prédisposition héréditaire, c’est à dire que le cancer est rarement transmis d’un parent à son enfant.

Fréquemment les anomalies qui finissent par dérégler les cellules et former une tumeur résultent du mode de vie et des agressions extérieures. Il est donc beaucoup plus dangereux de fumer, boire trop d’alcool ou ne pas avoir une alimentation équilibrée qu’avoir un membre de la famille atteint de cancer.

Ce qui renvoie à l’importance de la prévention alimentaire afin de diminuer l’incidence du cancer. Certaines populations, le font de manière traditionnelle : comme c’est le cas des populations consommant beaucoup de poissons riches en Oméga-3 (Japonais, Inuits du Groenland et indigènes de l’Alaska) qui présentent un risque de cancer moindre.

Les Oméga-3 font partis des membranes de toutes nos cellules et par leurs propriétés à la fois anti-prolifération et anti-dissémination, ces acides gras contribuent à diminuer le risque de cancer.

Pour une stratégie nutritionnelle anti-cancer : n’oubliez pas le poisson dans l’assiette.

Consommez des Oméga-3, il y va de votre avenir !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le ! 

Source : Enquête Ipsos. Les Français face au cancer.

Comment préserver les Oméga-3 contenu dans le poisson ?

Les poissons gras sont riches en Oméga-3 et les Oméga-3 sont bénéfiques pour votre santé cardiovasculaire, votre cerveau, votre vision, votre bien-être émotionnel, vos articulations…etc
Encore faut-il savoir bien les cuisiner pour être sûr de « tirer » les bénéfices des Oméga-3 !

Astuce n°1 : Privilégiez un mode de cuisson doux
Les acides gras contenus dans les poissons bleus comme le saumon, le hareng, la sardine sont des acides gras thermolabiles, c’est à dire qu’ils sont très sensibles à la chaleur et qu’ils se dégradent lorsqu’il subissent une forte élévation de la température.
Aussi, privilégiez les cuissons vapeur, en papillote ou encore au bain-marie.

Astuce n°2 : Cuisinez le poisson sans matière grasse
Si le poisson est cuit avec une matière grasse, les nutriments comme les Oméga-3 migrent du poisson vers la matière grasse.

Astuce n°3 : Diminuez les Oméga-6
Diminuez les Oméga-6 pour rendre les Oméga-3 pleinement utiles ! Par exemple, le poisson pané peut contenir plus d’Oméga-6 (néfastes à la santé) que d’Oméga-3.

Halte aux idées reçues : le poisson cuit doucement ou le poisson cru apportent les mêmes nutriments !

Source :  e-sante.fr